Un terroir d’exception

Un relief particulièrement diversifié

Deux grands ensembles géologiques, l'un cristallin et l'autre calcaire, coexistent en Provence. Toute la zone ouest et nord du vignoble provençal est constituée d'une alternance de collines et de barres calcaires sculptées par l'érosion. On y trouve des sites remarquables tels la montagne Sainte-Victoire, le massif de la Sainte-Baume ou encore les Gorges du Verdon.

Plus à l’Est, face à la mer, affleurent les massifs cristallins des Maures et du Tanneron. Les paysages, très différents des précédents, sont composés de collines et de petites montagnes aux courbes plus douces, couvertes de végétation arbustive et de forêts. En continuant vers l’Est, entre Saint-Tropez et Cannes, cet ensemble cristallin est troué de trainées éruptives aux roches souvent étonnantes comme les porphyres colorés du massif volcanique de l’Esterel.

Des sols pauvres et bien drainés

A ces deux ensembles géologiques, calcaire et cristallin, correspondent deux formations végétales caractéristiques de la zone méditerranéenne : la garrigue sur sol calcaire et le maquis sur sol cristallin. Aucun de ces deux types de végétation ne peut constituer d'importants apports en humus.

Un climat méditerranéen, ensoleillé, chaud et sec

L'ensoleillement est la première caractéristique du climat provençal avec 2700 à 2900 heures par an. Les températures sont particulièrement élevées en été, mais la diversité du relief ménage souvent à peu de distance, des différences importantes. Comme toute zone méditerranéenne, la Provence reçoit ses précipitations, parfois violentes, en automne et au printemps. Les étés sont secs et chauds, parfois brûlants dans l'intérieur, lors des journées sans vent.

Le mistral, un vent violent mais bénéfique à la vigne

Les vents sont nombreux en Provence et font partie intégrante du climat de la région. Le plus fort et le plus connu est bien entendu le Mistral. Glacial en hiver après avoir glissé sur les neiges alpines, il apporte en été une certaine fraicheur. Violent et capricieux, le Mistral n'en possède pas moins une qualité remarquable pour le vignoble provençal : vent très sec, il protège la vigne des attaques des maladies liées à l’humidité.

La vigne a belle allure

La conduite traditionnelle des vignes en gobelets (les sarments sont ramifiés autour d’un pied central comme les doigts d’une main) a aujourd’hui quasi disparu au profit de vignes conduites en palissage, c’est-à-dire attachées à une structure qui permet notamment de mieux les soigner.
En Provence, il faut également se protéger des vents dominants. C’est pourquoi les vignerons choisissent  de planter les rangées de vignes dans le sens du vent avec un palissage assez bas et une taille courte.

L’intégration de conditions agro-environnementales

Les vignerons ont adapté la culture de la vigne au terroir et au climat méditerranéen façonnant ainsi des paysages si caractéristiques. Les restanques, ces terrasses en coteaux, très pentues, sur lesquelles sont plantées des parcelles de vignes, en font notamment partie, au même titre que les murets ou les bosquets. Des éléments qui structurent le paysage et qui par leur présence préservent également la biodiversité. Ces infrastructures agro-écologiques méritent d’être conservées et entretenues ; elles font partie de ces bonnes pratiques qui rendent la viticulture moderne et respectueuse de son milieu.

Un vignoble en pointe en matière d’Agriculture Biologique

En 2016, la Provence* a cultivé 7199 hectares de vignes en agriculture biologique, ce qui représente 19% de sa surface totale, une progression de +65% en 6 ans. La surface moyenne en France consacrée à l s’élève à 9%.

* (Source CIVP 2016 – Chiffres pour les AOP Côtes de Provence, Coteaux Varois en Provence et Coteaux d’Aix-en-Provence)

Les cycles de la vigne

Hiver

De novembre à février, la vigne est ≪ en sommeil ≫ ou ≪ en repos hivernal ≫. La sève ne circule plus dans la plante. C’est le moment de tailler la vigne, afin de supprimer les sarments et de sélectionner les bourgeons qui donneront des pousses et les fruits l’année suivante. C’est aussi la période du travail du sol. Les vignerons pratiquent des labours qui permettent l’ameublissement du sol et son aération. Les eaux de pluies pénètrent alors mieux. C’est également la période d’enfouissement des engrais et des matières organiques.

 

Printemps

En mars/avril, c’est la période du débourrement : les bourgeons commencent à se développer. C’est la période de croissance des rameaux et des feuilles. La vigne se réveille : la sève circule de nouveau dans la plante. En mai/juin, c’est la floraison avec l’apparition de petites fleurs. C’est la période des ≪ opérations en vert ≫ destinées à contrôler le développement de la vigne. Les vignerons pratiquent le rognage et l’écimage, des opérations qui consistent à supprimer l’extrémité des rameaux en croissance, ainsi que l’épamprage et l’ébourgeonnage, pour supprimer la végétation ≪ inutile ≫ comme les gourmands, qui sont des rameaux qui poussent sur le tronc. C’est également la période de plantation des nouvelles vignes.

 

Été

En juillet, le feuillage continue à se développer et les fleurs vont donner des grains de raisin : c’est la nouaison. En aout, c’est la véraison : les raisins verts grossissent et murissent, ils se colorent soit en rouge, soit en jaune, deviennent moins acides et s’enrichissent en sucres et en aromes. Les vignerons peuvent pratiquer l’effeuillage des vignes pour améliorer l’exposition et l’aération des grappes ainsi que l’état sanitaire des vignes. C’est également la période ou a lieu l’éclaircissage des grappes. Cette opération consiste à supprimer des grappes (ou des parties de grappes) en croissance sur les vignes qui ont une charge de raisin trop importante.

 

Automne

Du mois d’aout jusqu’au mois d’octobre, les vendanges s’enchaînent au fil de la maturité du raisin.  Les températures estivales chaudes et les nuits plus fraiches à l’approche des vendanges, permettent la bonne maturation des raisins. Les vendanges débutent dans les secteurs précoces du littoral, la seconde quinzaine du mois d’aout et se prolongent jusqu’en octobre pour les secteurs les plus tardifs. Pour éviter l’altération des précurseurs  aromatiques et de la couleur des raisins, les vendanges débutent tôt le matin, parfois même avant la levée du jour avec les machines à vendanger. Ainsi la vendange est apportée à une température plus basse au chai. La récolte sera suivie d’une longue phase de vinification qui donnera naissance à un beau millésime, pour le plus grand plaisir des amateurs de vin de la région !